Apeuré, Moïse n’a pas pu atteindre la terre promise

2oPbbRLNH3toWky.jpeg

Comme annoncé, les membres de la Fédération de l’Opposition du Sud (FOPS) ont occupé les rues de la ville des Cayes ce mercredi pour réclamer le départ du chef de l’Etat haïtien Jovenel Moïse. Ne voulant pas être victime d’un complot, selon l’argument des organisateurs du mouvement, le leader de la Plateforme Pitit Dessalines, l’un des initiateurs,  ne se laisse apercevoir sur tout le parcours.

Pancartes et cordes en main, moins d’une trentaine de manifestants ont gagné le macadam ce mercredi 14 mars 2018. Partant de Croix des Martyrs à 10 heures du matin, les protestataires, qui se réclament de l’opposition, ont parcouru plusieurs rues de la ville avant de terminer la manifestation sur la place d’armes des Cayes.

Abordant l’absence du leader de la Plateforme Pitit Dessalines, l’un des initiateurs de ce mouvement de protestation confie que l’ancien sénateur du Nord a été informé que certains proches du pouvoir complotaient pour qu’il ne laisse pas la ville en vie.

Effectivement, un groupe de militants proches du parti PHTK a tenté d’interrompre la manif. Ils estiment que Moïse Jean Charles n’a pas le droit de venir troubler la paix publique dans le département du sud.

“Le département appartient à Jovenel, on n’admettra pas que quelqu’un vienne de la capitale pour manifester dans la ville des Cayes contre lui. Nous sommes plus nombreux qu’eux et nous sommes plus puissants” argue un militant du PHTK avant de déclarer fermement qu’aucune initiative de l’opposition n’a pas sa place dans la région.

Rappelons que Moïse Jean Charles avait promis sa présence à la tête “d’une manifestation très mouvementée” aux Cayes alors qu’il présentait à la presse son calendrier de trois jours de mobilisation populaire sur tout le territoire national.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

scroll to top