Miss BTI : Pour la promotion de la gent féminine à l’université

27332283_1156935257777149_5124692138887618326_n-e1597764355150.jpg

Le concours de beauté Miss BTI est à sa deuxième édition. Le dimanche 15 avril dernier, le public Cayen a assisté à la grande finale de cette compétition qui a débuté le 8 janvier 2018. Au cours des 8 soirées culturelles diversifiées, 10 étudiantes de l’Université Episcopale des Cayes se sont mesurées autour des problématiques de l’art, de la culture et de l’éducation avant de voir élire la miss de l’année. L’équipe de la rédaction de Caramel a rencontré Madame Jodeline Mehu, responsable de communication du comité organisateur, avec elle, on a fait le point sur le bien-fondé de ce fameux concours socio-éducatif.

La Rédaction : Parlez-nous un peu du concours Miss BTI

Jodeline Mehu : J.M : Cette année, miss BTI, s’est déroulé en 8 séances au cours de ces soirées les postulantes s’affrontent sur des sujets d’actualités. Les confrontations réalisées tout au long de ce concours s’articulent autour des différents aspects où les postulantes sont amenées à effectuer des recherches afin de pouvoir convaincre le public et le jury. Tout au long du concours certains d’entre elles qui n’ont pas cumulées suffisamment de points seront exclues du concours. Celle ayant cumulée plus de points lors des prestations est consacrée Miss BTI de l’année.

LR : Pourquoi initier un concours de beauté en milieu universitaire ?

J.M : À BTI nous organisons des activités socio-éducatives pour l’épanouissement des étudiants. Nous avons initié ce concours pour mettre en exergue la compétence féminine à l’université. Nous avons voulu initier quelque chose de nouveau en milieu universitaire, ainsi on a pensé à un concours de beauté.

LR : Qu’est-ce qui distingue ce concours de beauté des autres ?

J.M : Ce n’est pas typiquement un concours de beauté physique et de popularité, ça englobe

également les connaissances, la culture, le savoir, l’art. Cette compétition vise à promouvoir la

gent féminine à l’université. L’aspect universitaire prime dans cette compétition car c’est un

concours de beauté universitaire. En plus de la beauté physique et l’élégance, Miss BTI

sanctionne aussi l’éloquence et l’ouverture d’esprit des concurrentes. On est étudiante à BTI, on participe à ce concours pour se faire valoir en tant que femme à l’université.

LR : Comment promouvoir la gent féminine dans un concours de beauté à BTI ?

J.M : Nous organisons des activités pouvant nous amener à identifier les forces et faiblesses des postulantes. Ensuite, des séances de formation visant le renforcement de capacités, telles formations sur le savoir-vivre et du leadership, sont organisées à l’endroit de ces jeunes. Par des séances de coaching, nous aidons les postulantes à parfaire leur talent afin de mieux s’extérioriser lors des soirées culturelles. Ainsi, nous avons offert une grande opportunité à ces jeunes de valoriser leur compétence et leur talent.

LR : Parlez-nous un peu du coté événementiel de ce concours

J.M : Cette année, le concours miss BTI, s’est déroulé en 8 soirées, au cours de ces soirées les postulantes s’affrontent sur des sujets d’actualités. Les soirées réalisées tout au long de ce

concours s’articulent autour des différents aspects où les postulantes sont amenées à effectuer des recherches afin de pouvoir convaincre le public et le jury. Tout au long du concours certains d’entre les postulantes qui n’ont pas cumulées suffisamment de points seront exclues du concours. La postulante ayant cumulée plus de points lors des prestations est consacrée Miss BTI de l’année.

LR : Une fois consacrée miss BTI, quelles sont les responsabilités de la championne ?

J.M : Les responsabilités qui attendent la miss sont très grandes car la couronne marche de pair avec certaines tâches. La miss a la responsabilité de tenir le flambeau de la culture de BTI, elle aura à représenter fièrement et valablement l’université au cours d’une longue année. Pour la réalisation de la troisième édition qui se tiendra l’an prochain la miss a l’obligation de

promouvoir le concours à l’université.

LR : Avez-vous un message pour les futures postulantes de miss BTI ?

J.M : Pour se faire valoir en milieu universitaire, il ne suffit pas d’être belle physiquement,

l’intelligence et la culture comptent beaucoup. Vous devez vous adonner à des activités éducatives pouvant faciliter l’émancipation de votre intellect. Vous pouvez avoir un beau visage et une popularité mais ça ne vous garantit pas la couronne.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

scroll to top